Le Laboratoire Autonomie Communication

Service transversal localisé sur le Site de la Vallée de la Dordogne à La Force (24130)

L’objectif du Labo Auto Com est d’apporter des démarches et outils favorisant :

  • la communication
  • l’autonomie
  • les apprentissages
  • la santé

des personnes accompagnées à la Fondation John BOST. Cela se décline en différentes missions, indiquées plus bas.

L’équipe du Laboratoire

Anaïs Giacinti, responsable du labo, est ingénieure de formation, titulaire d’un doctorat de neurosciences, et a structuré pendant plusieurs années une démarche d’innovation en santé mettant en relation besoins médicaux, travaux de recherche de laboratoires et entreprises de secteurs des nouvelles technologies afin de monter des projets innovants.
Pierre Cornaggia est éducateur spécialisé de formation, et s’est orienté vers le champ de l’autisme en exerçant pendant plus de 10 ans dans un service spécialisé pour enfants, adolescents et jeunes adultes présentant des troubles du spectre de l’autisme (TSA), en se formant ainsi aux outils, méthodes et approches développementales.
Lionel Baruthel est éducateur spécialisé de formation, et a coordonné pendant plus de 10 ans un atelier de communication au sein de la Fondation John BOST avec des personnes polyhandicapées. Il s’est ainsi orienté vers la communication alternative et améliorée (CAA) à l’aide d’outils technologiques (ex. synthèse vocale) ou de supports visuels (ex. cahier de pictogrammes).

Les débuts du Laboratoire

Arrivés début avril 2018, nous avons commencé par un premier focus Troubles du Spectre de l’Autisme (TSA) et polyhandicap d’abord sur le Site de la Vallée de la Dordogne. Nous avons rencontré les staffs des établissements concernés puis passé du temps « en immersion » au sein de ceux-ci. Cela nous a permis de réaliser un premier état des lieux des ressources (existant à valoriser et partager au sein de l’ensemble de la Fondation, illustré par quelques images ci-après, bien sûr très loin de refléter toute la créativité que déploient les professionnels au quotidien) et des besoins ou idées (sur lesquels nous pourrons travailler) dans nos 4 champs d’intervention. Par la suite, un même état des lieux sera réalisé sur les parcours personnes âgées, enfance et handicaps psychiques à partir d’octobre.

En parallèle, nous avons rencontré les professionnels transversaux (entre autres éducateur(trices) spécialisé(e)s, moniteurs(trices) édicateurs(trices), psychologues, psychomotriciens(ennes), médecins, kinésithérapeutes, pasteurs,…) avec qui nous serons amenés à collaborer. Par ailleurs, nous avons commencé à intervenir dans des démarches de projets personnalisés (en proposant nos expertises dans le cadre de réunions cliniques ou d’échanges avec les équipes) et sur des thématiques transversales, sur sollicitation des établissements rencontrés.

Nous croyons qu’au-delà des outils, pour lesquels nous nous efforcerons de connaître tout le panel possible (des plus simples techniquement à ceux faisant appel aux nouvelles technologies), le plus important est la démarche dans laquelle ils sont mis en place : celle-ci doit partir d’évaluations fonctionnelles pluriprofessionnelles complétées par les observations « de terrain », s’inscrire dans le projet personnalisé, associer le patient ou résident et son entourage, inclure une phase d’apprentissage à l’utilisation de l’outil et une évaluation régulière pour le réajuster au fil du temps.


Partager ce contenu :