Actions du Collectif 24 des oubliés du Ségur

La Fondation John BOST s’est engagée dans différentes actions pour alerter sur les conséquences du Ségur de la santé dans les établissements médico-sociaux et sociaux.

Mise à jour le 29/11/2021

Question écrite de Mme la Sénatrice Marie-Claude Varaillas appelle l’attention de M. le ministre de
la santé et des solidarités sur l’application des accords du Ségur de la santé à l’ensemble des travailleurs du secteur social et médico-social du secteur privé à but non lucratif.

Fortement mobilisés depuis le début de la crise sanitaire, les salariés des associations du privé solidaire non lucratif connaissent des conditions de travail de plus en plus difficiles pour une rémunération qui n’est pas à la hauteur de leur engagement, notamment dans les champs d’actions du handicap et de la protection de l’enfance.
Les dernières annonces gouvernementales concernant l’extension de l’accord Laforcade aux soignants sous l’autorité des départements et aux aides médicopsychologiques, ainsi que la mise en œuvre anticipée de la revalorisation salariale au 1er novembre laissent de côté nombre de personnels du médico-social. En effet, 422000 salariés sont encore écartés et ignorés du champ de la revalorisation, notamment dans le domaine de la protection de l’enfance, de l’insertion sociale, de la formation ou encore de la protection juridique des majeurs.
Cette segmentation des revalorisations du plan Ségur et cette bataille incessante pour obtenir des avancées au compte-goutte cristallisent un sentiment d’injustice des professionnels du soin et de l’accompagnement qui demandent une équité de traitement entre secteurs public et privé non lucratif, exerçant tous deux une mission de service public.
Actuellement, les situations rapportées par certains responsables de ces structures médicosociales privées à but non lucratif sont très préoccupantes avec un phénomène de dévalorisation de certains emplois qui fragilisent fortement leur gestion.
L’urgence de la situation dans le champ de la protection de l’enfance, des services d’hébergement et de réinsertion sociale, d’aide aux personnes en situation de handicap, à laquelle s’ajoute un contexte épidémique fragile, ne permettent pas d’attendre la conférence des métiers de l’accompagnement social et médico-social ni une hypothétique fusion des conventions collectives.
Aussi, elle lui demande les mesures qu’il compte mettre en œuvre pour revaloriser l’ensemble des métiers du social et médico-social du secteur privé à but non lucratif afin qu’il puisse continuer à exercer ses missions de service public et s’inscrire dans une transversalité et une coopération territoriale avec les autres secteurs de la santé.

Cliquez ici pour voir la question écrite officielle

Mise à jour le 27/11/2021

Article paru dans le journal Sud-Ouest

Mise à jour le 27/10/2021

DES REPRÉSENTANTS DU COLLECTIF 24 POUR LES OUBLIES DU SEGUR DEVANT LA PRÉFECTURE DE LA DORDOGNE

Plus de 30 membres du Collectif 24 pour les oubliés du Ségur, directeurs généraux, administrateurs, directeurs d’établissements, se sont rassemblés à 10 heures ce mercredi 27 octobre devant la préfecture à Périgueux pendant qu’une délégation était reçue par le directeur de cabinet du préfet.
Le collectif 24 rassemble des acteurs majeurs du médico-social dans le champ du handicap en Dordogne (ALTHEA, AOL, APEI Périgueux, APF France handicap, Fondation de l’Isle, Fondation John Bost, Papillons Blancs de Bergerac) et s’inscrit dans le cadre du mouvement national porté par plusieurs syndicats employeurs dont la Fehap et Nexem.

Les porte-paroles du Collectif 24 ont alerté les services du préfet sur la situation d’urgence que connait le secteur aujourd’hui, grand oublié du Ségur de la santé.
À travers des exemples concrets, ils ont décrit les difficultés de plus en plus grandes qu’ils rencontrent à assurer les fondamentaux de l’accompagnement et la dégradation très forte ces derniers mois des conditions d’accueil des 3000 personnes en situation de handicap prises en charge en Dordogne. Une situation qui risque à très court terme d’aboutir purement et simplement à des fermetures de services par manque de personnel.

Saluant la création de ce collectif d’employeurs inédit et leur mobilisation commune face aux extrêmes difficultés du terrain, le directeur de cabinet du préfet a pris la mesure de cette urgence et s’est engagé à faire remonter leurs revendications pour les oubliés du Ségur.

À l’issue de cet entretien, le Collectif 24 a décidé de continuer à se mobiliser et va solliciter d’ici fin novembre des rencontres avec les autorités de tarification (Agence Régionale de Santé et Conseil Départemental) et inviter les parlementaires du département à se saisir de ce dossier.

La délégation du Collectif 24 à la sortie de l’audience avec de gauche à droite : Eric Jaubertie, directeur général de l’association Althéa, Mickaël Jaud, directeur général par intérim des Papillons Blancs de Bergerac, Hervé Mazière, Président de l’APEI Périgueux, Hervé Laulhau, directeur général de l’AOL Périgueux, Sylvain Forget, directeur de la Fondation John Bost Dordogne.

Cliquez ici pour voir le Communiqué de presse

Cliquez ici pour voir l’article de France Bleue : Ségur de la Santé : un collectif d’employeurs du médico social se mobilise pour ses salariés en Dordogne

Cliquez ici pour voir l’article Sud Ouest : Dordogne : une manifestation pour mettre en lumière les « problèmes » des salariés du médico-social

France 3 Nouvelle-Aquitaine : la Fondation John BOST s’engage pour alerter sur les conséquences du Ségur de la Santé dans les établissements médico-sociaux et sociaux


Mise à jour le 26/10/2021

UNE AUDIENCE AUPRÈS DU PRÉFET DE LA DORDOGNE POUR LE COLLECTIF 24 DES OUBLIÉS DU SÉGUR

C’est le 27 octobre à 10 heures que le Collectif 24 sera reçu par le directeur de cabinet du préfet de la Dordogne à Périgueux.

Créé le 22 octobre dernier, le Collectif 24 rassemble des acteurs majeurs du médico-social dans le champ du handicap (ALTHEA, AOL, APEI Périgueux, APF France handicap, Fondation de l’Isle, Fondation John BOST, Papillons Blancs de Bergerac).

Représentant plus de 2000 salariés qui accompagnent 3000 personnes en situation de handicap mental dans plus de 60 établissements et services sur le territoire de la Dordogne, ce collectif se mobilise pour l’application des mesures du Ségur de la Santé à tous les établissements sociaux et médico-sociaux.

Issus de deux syndicats employeurs majeurs, Fehap et Nexem, les porte-paroles du Collectif 24 entendent alerter les pouvoirs publics sur les points suivants :

  • Une injustice salariale insoutenable,
  • La fuite des salariés vers des secteurs mieux rémunérés,
  • Une grave crise du recrutement,
  • Des personnels épuisés, des associations à bout de souffle, des familles démunies,
  • La qualité de l’accompagnement des personnes en situation de handicap en danger !

Les autres membres du Collectif 24 se rassembleront comme prévu à 10 heures mercredi 27 octobre devant la préfecture à Périgueux.

Cliquez ici pour voir le Communiqué de presse


Mise à jour le 22/10/2021

Création du Collectif 24 des oubliées du Ségur

Des acteurs majeurs du médico-social, secteur handicap (ALTHEA, AOL, APEI Périgueux, APF France handicap, Fondation de l’Isle, Fondation John BOST, Papillons Blancs de Bergerac),
se sont réunis aujourd’hui vendredi 22 octobre 2021 à Bergerac, dans les locaux des Papillons Blancs, pour acter la création du collectif 24 des oubliés du Ségur. Ce collectif est ouvert à tout autre acteur souhaitant le rejoindre.

Cette mobilisation revendique l’application des mesures du Ségur de la santé à tous les professionnels de nos établissements et services médico-sociaux, dans le but d’assurer une continuité des soins et un accompagnement de qualité aujourd’hui clairement menacés, pour les personnes accueillies.

Dans ce sens, les représentants du collectif organisent un rassemblement le mercredi 27 octobre 2021 à 10h devant la préfecture de Périgueux dans le cadre d’un mouvement national et demandent une audience au Préfet.

Cliquez ici pour voir le Communiqué de presse